Non loin de notre appartement, dans le petit quartier artistique de Nakai à Tokyo, se trouve le Hayashi Fumiko Memorial Hall, demeure au style traditionnel kyotoïte ayant appartenu à la célèbre romancière Fumiko Hayashi, avant sa mort. Afin de transmettre son histoire, bâtiments et jardins furent conservés et entretenus pour être ensuite ouverts au public.
Un lieu plein de zenitude parfait pour une après-midi détente.

Qui est Fumiko Hayashi ?

Selon Wikipedia Fumiko Hayashi « est une écrivaine et poétesse japonaise. Elle est une des figures majeures de la littérature japonaise et a écrit plus d’une centaine de romans et de nouvelles ».

Avant de visiter le Hayashi Fumiko Memorial Hall, nous ne connaissions pas cette romancière ni son histoire. Heureusement, l’un des guides bénévoles (très gentil et parlant Anglais) présent lors de notre visite nous expliqua qui était Fumiko Hayashi.
Nous apprenons qu’avant de connaître la célébrité, Fumiko Hayashi n’a pas eu la vie facile. Elle aurait connu la pauvreté durant sa jeunesse, vivant dans des maisons abandonnées, parfois dans la rue, en effectuant des petits boulots de serveuses dans de petits restaurants ou encore travaillant en usine pour peindre des jouets à la chaîne. D’après le guide, toutes ces années de pauvreté et de malheurs accumulés lui ont donné les « ingrédients » nécessaires à son premier roman, « Horoki » ou « Journal d’un Vagabond » qu’elle publia à 27 ans et qui, contre toute attente, devint un bestseller (600 000 exemplaires vendus en 1930, ce qui a commencé sa réputation de romancière (si ça ce n’est pas du Karma 😉).

Ce roman, sur la base d’un journal écrit par Fumiko Hayashi pendant les années 1922 à 1928, décrit ses rencontres et relations avec plusieurs hommes ainsi que sa lutte contre la pauvreté. Le guide local nous a tellement bien raconté son histoire qu’il a réussi à nous donner envie de lire ce livre !

En poursuivant la visite, on apprend également que Fumiko Hayashi aimait beaucoup voyager en Asie et en Europe. D’ailleurs dans la salle d’exposition (autrefois le studio) du Fumiko Hayashi Memorial Hall, un petit carnet de notes avec des mots et expressions en Français y est exposé ! Après confirmation avec le guide, Fumiko aimait beaucoup la France et aurait vécue à Paris pendant six mois ^_^

Après avoir obtenu le succès avec son roman « Horoki », Fumiko Hayashi a décidé, en 1939, d’emménager dans le quartier de Nakai-Ochiai, et y a acheté une parcelle de terrain afin d’y construire une maison simple et confortable, dans laquelle elle se sentirait bien chez elle.

Hayashi Fumiko Memorial Hall

Hayashi Fumiko Memorial Hall est donc la maison où la romancière Fumiko Hayashi a vécu de 1941 jusqu’à sa mort en 1951. Après sa mort, la maison a été entretenue puis conservée et transformée en mini-musée, afin de préserver l’histoire et la culture liée à cette écrivaine très célèbre.
Lorsque vous entrez dans la demeure, on ressent tout de suite le calme et l’atmosphère apaisante du lieu. A l’entrée, plusieurs guides bénévoles (des petits vieux adorables) seront ravis de vous faire la visite et partager avec vous différentes parties de la vie de la romancière.

Notre guide nous a ainsi expliqué que pour construire sa maison, Fumiko Hayashi avait beaucoup de goût et était très pointilleuse. Pour être sûre de pouvoir réaliser la « maison de ses rêves » elle n’a pas hésité à étudier l’architecture (elle aurait lu plus de 200 ouvrages de référence sur le sujet !) et a sélectionné des designers et charpentiers parmi les plus réputés et a beaucoup voyagé dans le Japon, principalement à Kyoto, afin de trouver des idées.
Nous apprenons donc que la maison est de style kyotoïte, car la romancière souhaitait reproduire une atmosphère relaxante, comme dans un salon de thé d’époque, ce qui reflétait sa personnalité. Et effectivement, l’ambiance est là. Vous n’avez pas la possibilité de rentrer dans les différentes pièces ouvertes tels que le salon, la véranda ou encore la cuisine, mais le design, la beauté et la propreté de l’endroit sont suffisants pour autoriser votre appareil photo (ou smartphone) à mitrailler comme il se doit.

Tout autour de la maison, vous pourrez vous promenez dans un jardin paisible, autrefois rempli de bambous. Le guide nous explique qu’en fait, après la mort de Fumiko Hayashi, son mari Ryokubin, décida de couper progressivement la forêt de bambous pour y planter différentes plantes et arbres qu’elle aimait. Vous pouvez donc maintenant y voir des camélias, hortensias, érables et… des bambous rebelles.

Une fois la visite du lieu terminée, vous pouvez marcher un peu plus loin, en dehors du Hayashi Fumiko Memorial Hall, et visiter le temple dans lequel la romancière s’est mariée.

Un petit conseil, sur place vous verrez des produits anti-moustiques (spray, crème, la totale) : mettez-en PARTOUT, les moustiques tigres japonais ne plaisantent pas avec la nourriture, VOUS.

Hayashi Fumiko Memorial Hall
Anti-moustique, l’arme ultime contre les envahisseurs piquants !

Shinjuku regorge de mini-musées comme le Fumiko Hayashi Memorial Hall dans le quartier de Nakai. N’hésitez donc pas, une fois sur place, à fouillez les offices de tourismes afin de les visiter ! Certains peuvent parfois, au premier abord, sembler petit ou manquer de renseignements, mais offrent en réalité pleins de surprises et permettent une immersion dans la culture japonaise.


Horaires d’ouverture : 10:00~16:30 (dernière admission à 16 :00)
Fermé le lundi et du 29 décembre au 3 janvier
Tarifs : adultes (à partir de 16 ans) : ¥150, enfants (13-15 ans) : ¥50
Adresse : 2-20-1 Nakai, Shinjuku-ku, Tokyo 161-0035 Japan

Vous aimez cet article ? Partagez-le ! ありがとう! Arigatō! (Merci !)

REPONDRE