Première journée à Shanghai, nous décidons d’aller au MOCA (Museum of Contemporary Art).
Sur le départ, nous découvrons par hasard une galerie d’art en bas de notre immeuble. Elle regroupe différentes activités comme le jeu de go, la dégustation de thé, un karaoké, un atelier de céramique et une exposition temporaire de peinture. On nous propose d’ailleurs de nous inscrire à une session de poterie, ce que nous refuserons avec douceur car nous avons beaucoup de visites à faire.

Les rencontres arrangées de People’s square

En route pour le MOCA, nous passons par People’s square et traversons des rangées de parapluies mis au sol avec des petites pancartes dessus. Ceux qui connaissent la culture chinoise l’auront deviné, il s’agit en fait de descriptifs de l’enfant que les parents souhaitent marier (année de naissance, taille, certainement son caractère, métier et sa formation, comme c’est en Chinois nous ne savons pas trop).
En effet, aujourd’hui les jeunes ont tendance à se marier plus tard et quand ils approchent la trentaine, les parents deviennent inquiets et cherche à les marier. Quand une personne semble intéressée, le père ou la mère lui montre une petite photo et ils discutent de leurs enfants. D’ailleurs si l’un de nous y était allé tout seul, il aurait peut-être été accosté…

Qui veut épouser mon fils/ma fille

Apprenti photographe
Apprenti photographe

MOCA, Shanghai Ever

Pour le dixième anniversaire du MOCA de Shanghai, plusieurs artistes, réalisateurs de films, littéraires, poètes, sociologues, architectes etc. résidents tous à Shanghai ont exprimé leurs visions de Shanghai par des peintures, sculptures, des installations interactives, des mises-en-scènes etc. Le thème de l’exposition est développé par divers domaines : les dialogues entre le passé et le présent, l’Est et l’Ouest, entre les croquis de la ville et le cœur des habitants, entre la sociologie et la mémoire collective. L’objectif de cette exposition est d’offrir aux visiteurs un lieu de méditation, pour se perdre dans ses pensées, se perdre à Shanghai.
Voici quelques œuvres que nous avons vu :

  • un grand porte-voix dans lequel vous pouvez parler,
  • des femmes aguicheuses en porcelaine,
  • de multiples cloches en verre, sous chacune d’entre elle, on peut entendre une voix différente (nous n’avons pas compris ce qu’elles disent par contre),
  • une fenêtre avec des photos de visiteurs prises au MOCA,
  • des photographies urbaines,
  • des peintures représentant la vie stressante des salarymen,
  • des caméras qui filment les visiteurs sous plusieurs angles et retranscrivent les images sur des écrans,
  • des gifs de moments du passé diffusés sur des télévisions ou des petites tablettes, placées dans des tiroirs qui s’ouvrent et se referment automatiquement.

Chaque participant a sa propre vision de Shanghai et certaines sont déroutantes ou bien en adéquation avec ce que l’on pense.

A l’étage, il y a une exposition plus ludique : « Patterns, so much fun ». Elle montre tout ce qu’il est possible de créer en termes de motifs, sur n’importe quel support : tissus, papiers, verre, patchwork, etc. Plusieurs parties incitent les visiteurs à prendre part à l’exposition en complétant un patchwork ou en créant ses dessins avec des tampons encreurs (Emilie en a bien sûr fait un et a attrapé le virus : « c’est génial ! Ça fait de jolis dessins sans gribouillis ! » Il en faut peu pour être heureux :D)

Un peu affamés par notre séance culture, nous trouvons un restaurant mongole. Cela avait l’air bon et aurait pu nous donner une idée de la gastronomie en Mongolie si nous souhaitons un jour y aller. Grosse erreur, si les plats que nous avons mangé sont aussi épicés, il faudra prévoir beaucoup de mie de pain (ou des toilettes à proximité…) ! Nous avons été incapables de finir nos assiettes ! Nous avons quand même goûté au yack, ce n’est pas mauvais mais le piment nous a empêché de l’apprécier. Résultat, nous avions encore faim en sortant… « On est sauvés j’ai pris une pomme dans mon sac ! …… »

Xing Guang Photographic Equipment

L’objectif de l’appareil photo de Kevin ayant un problème. Nous allons au Xing Guang Photographic Equipment, une sorte de centre commercial uniquement consacré à la photographie. On peut tout y trouver ! Des appareils photos, des objectifs, des accessoires pour appareils ou pour studio, etc. Tout pour contenter les amateurs comme les professionnels. Nous errons longtemps dans ce labyrinthe pour trouver un réparateur. Sur le point de laisser tomber « Nan mais on va bien trouver quelqu’un dans ce capharnaüm ! » (La version originale est censurée …) Nous tombons alors par hasard sur un couple de Suisses qui font également réparer leur objectif. Lui travaille à Shanghai et parle très bien Chinois en plus du Français, de l’Anglais et de l’Allemand. Il a la gentillesse de nous aider et de traduire notre besoin au réparateur. Nous reviendrons sur cette anecdote dans un autre article ; cette histoire vaut, en effet, la peine qu’on en écrive un !

Xing Guang Photpgraphic Equipment

Vieux Shanghai

Nous allons au vieux Shanghai, différent de celui de Tian Zi Fang visité la veille, en espérant arriver à temps pour aller au Yu Yuan garden. Trop tard, il ferme à 17h30 et la vente de billets se termine 3/4 d’heure avant. Nous décidons donc de visiter cet autre vieux Shanghai.

Ce quartier est très touristique ! Il y a à la fois de quoi satisfaire son appétit mais aussi de quoi acheter des souvenirs. Nous apprécions particulièrement l’architecture, nous demandant si elle est vraiment d’époque et imaginant les habitants d’autrefois sans toute cette foule de consommateurs. Nous n’aimons vraiment pas les lieux trop touristiques avec des vendeurs à la sauvette qui nous accostent avec des « Copy watch and bags« . Nous avons l’impression d’être des portefeuilles ambulant même si nous savons que ce n’est pas propre à la ville mais à notre statut de touristes occidentaux.

Nanjing Road East

Tout contents, nous repartons pour Nanjing Road East, une rue piétonne et commerciale. Nous rentrons par curiosité dans un M&M’s store et découvrons un temple de la consommation ! Partout il y a des produits dérivés, des tasses, des T-shirts, des parapluies et même des balles de golf ! Nous allons bien sûr au bar à M&M’s et prenons un sachet à 60元 environ. A la caisse, une hôtesse nous propose un autre sachet et une serviette de plage « at a very good price » (90元), ce que nous refusons poliment. Plus loin, Emilie essaie un test d’humeur : sa couleur est le M&M’s rouge et le test lui dit qu’elle va vivre des moments excitants dans un futur immédiat. Parfait !

Nous partons donc rejoindre Lu (notre hôte AirBnB) en toute tranquillité !

Coucher soleil Shanghai Nanjing road east_bar à m&m

Nanjing road east_great wall of chocolate2

Soirée internationale avec Lu et Jake

Nous rejoignons Lu dans un restaurant typique shanghaïen et faisons la connaissance de Jake, un Hollandais dont les parents sont Chinois.
Nous y mangeons notamment du poulet ainsi que de la méduse avec une vinaigrette. Bizarre mais pas mauvais ! Ce qui nous étonne, c’est plutôt le comportement des serveurs qui rangent le restaurant et passent même l’aspirateur alors qu’il n’est que 21h…
Lu nous emmène ensuite à Yong Kang road, une rue où il n’y a que des bars et beaucoup d’expatriés. Nous n’avons même plus l’impression d’être à Shanghai ! Au premier bar, Kevin, Jake et Lu prennent un shot de vodka/Tequila (le shot de l’amitié) et Emilie tente un verre de vin blanc. Mauvaise idée, il n’est absolument pas bon ! « Il rape sur la langue… » (Traduire : « c’est de la piquette ! »)
Nous enchainons avec un deuxième bar et retrouvons des amis italiens de Lu au Mokkos, un bar japonais tenu par une Thaïlandaise et un Chinois. A 2h du matin, après quelques verres alcoolisés, nous rentrons nous coucher, bien fatigués par cette longue journée mais ravis et joyeux !

Vous aimez cet article ? Partagez-le ! 谢谢! Xièxie! (Merci !)

REPONDRE