riviere Myoshoji Nakai Tokyo
Flânez le long de la rivière Myoshoji et appréciez le calme du quartier...

Nakai. Pour vous qui nous lisez depuis un moment, ce nom doit vous dire quelque chose. Pour toi, fraîchement tombé sur ce chouette article, prépares-toi à en entendre parler souvent. Pourquoi ? Minute papillon ! Découvre d’abord ce beau quartier 😉

Ce petit quartier qui ne paye pas de mine sur Google Maps cache en réalité de jolis secrets.
Situé à seulement 10 min de la plus grande gare du monde en terme de fréquentation (Shinjuku, oui), Nakai est un quartier résidentiel authentique, à la fois calme et vivant. Une fois sorti de la station, observez.
Pas un touriste. Que des locaux. À vélo, à pied, des jeunes, des plus âgés (avec une pêche d’enfer) mais que des locaux. Enfin non. Quelques expats tombés amoureux du quartier y résident aussi et vous allez vite comprendre pourquoi.

Nakai, mode d’emploi d’une balade réussie

À Nakai, loin de la foule, baladez-vous le long de la rivière et dans les petites ruelles côtoyant vieilles maisons traditionnelles, des petits commerces et des izakaya plus ou moins discrets. Perdez-vous dans les rues et relaxez vous en marchant parmi les temples reposants (Ganshoji, Kongoji, Kyomyoji et Jinsokuji entre autres). L’un d’entre eux cache même une très belle mosaïque de Bouddha veillant sur les défunts reposant au cimetière du temple Jinsokuji.

Ce quartier n’est pas connu pour ses enseignes lumineuses, ses temples impressionnants ou ses boutiques centrées sur la pop culture, mais bien plus pour son artisanat. Et pas n’importe lequel !

L’art de la teinture sur tissus de kimono.

D’ailleurs, pour mettre en avant cet art, le quartier organise chaque année, pendant le dernier week-end de février, le célèbre festival Some-no Komichi ! Durant ce matsuri, vous pouvez voir suspendu, le long de la rivière Myoshoji, de nombreux tissus colorés de kimono et obi, dansant au grès du vent.

Pour découvrir la culture et l’histoire du quartier, plusieurs mini-musées ne demandent qu’à être visités. Parmi eux, le Some-no-Sato Futaba-en, un mini musée sur la teinture sur tissu pour kimono où Hanako-san teint minutieusement les tissus à l’aide de pochoirs parfois centenaires : une artiste aux doigts de fée. Profitez de cette halte pour vous dégoter un superbe souvenir dans la petite boutique ou bien (soyez fous !) faites-vous faire un kimono sur mesure, de la teinture à la couture.

Dans la même rue, faites la rencontre de Kayoko-san, maître en teinture Bingata, une technique de teinture originaire d’Okinawa. Profitez-en pour prendre une après-midi de leçon et réalisez une teinture sous l’œil expert et adorable de Kayoko-san. Pour nous, un de nos meilleurs souvenirs à Nakai ❤

Assez parlé pigment colorés, parlons maintenant littérature. Barbant ? Nan ! La richesse de ces quartiers traversés par l’eau et le vert attira beaucoup d’artistes comme Akatsuka Fujio, l’auteur du célèbre manga humoristique Tensai baka-bon (vous en voyez quelques personnages dans notre vidéo sur le Some no Komichi) et Hayashi Fumiko, une écrivaine japonaise. Elle vécu à Nakai dans une maison de style kyotoïte, devenu aujourd’hui un musée. On vous conseille fortement ce dernier. Il y règne une ambiance tellement zen que l’on s’approprierait bien le lieu ^^
A quelques mètres du musée, faite une pause au Rarara Cafe, dont l’ambiance « forêt tropicale » et le sourire de l’obasan (grand-mère) vous apporte une bouffée de verdure le temps d’un rafraîchissement.

Le Rarara Bar à Nakai

Combien de temps faut-il prévoir pour visiter Nakai ?

Bah, disons que sans la leçon de teinture, si l’on compte une bonne balade, plus la visite des deux musées, une session shopping pour des souvenirs, une dégustation de Tayaki locaux (fait par une petite vieille trop mimie) et une pause café au Macky Café (arrêt OBLIGÉ ! Les lattes de Susumo sont une tuerie ET hyper Kawaii) … sortons la calculatrice scientifique… ça nous donne … une bonne demi-journée ! L’après-midi est idéal, voire davantage si vous craquez pour un combo sento + izakaya. Vous nous en direz des nouvelles.

Voilà. Normalement nous n’avons rien oublié. Ah si ! Pourquoi on tag partout #WeLoveNakai ?
Car c’est le quartier dans lequel nous avons habité pendant notre PVT au Japon. Et ce quartier. Nous l’aimons. Nous nous y sentions vraiment bien et y avons fait de très belles rencontres ! Du coup, on ne peut s’empêcher de parler à tout le monde de Nakai et ses petits secrets 😉

Si vous avez besoin d’autres conseils ou si vous souhaitez ajouter les vôtres, écrivez-les en commentaire 😉
Cet article vous a plu ? Laissez-lui une petite note ! Merci ! ありがとう! Arigatō!
Nakai, un quartier de Tokyo plein de charme peuplé d’artistes et écrivains

7 COMMENTAIRES

  1. Vos photos sont superbes ! J’aime bien le café avec les deux têtes de chat, je trouve ça adorable, lol. Il y a tellement de beaux quartiers au Japon qu’on ne sait plus lequel visiter.

  2. Wahou ! Je découvre ton blog via le Café des Blogueuses en commençant par cet article et j’adore ta manière d’écrire, c’est si vivant ! En plus, je rêve de découvrir le Japon depuis des années et mon amoureux et moi partons enfin l’an prochain faire le tour du monde ! Je vais m’empresser de lire les autres articles et de m’abonner à ton blog !

  3. J’ai habité aussi ce quartier quand j’étais étudiant et je confirme tout ça.
    C’est très agréable de s’y promener à pied, courir le long de la rivière, flaner, il y avait toujours quelque chose d’intéressant à voir et il y a un charme de village, j’ai adoré aussi y vivre et en plus vraiment bien situé et desservi par les transports en commun. Je suis même rentré à pied depuis Shinjuku la nuit après le dernier train.

    • Oui Nakai nous manque beaucoup ! L’expression « charme de village » lui va comme un gant, c’est l’impression qu’on en garde et qui fait tout son charme. Il avait une apparence calme mais on ressentait quand même l’animation le soir, surtout dans les izakaya.
      Il nous arrivait aussi régulièrement de rentrer à pied depuis Takadanobaba et même depuis Ikebukuro.
      Tu étais allé au Some no Komichi en février ?

    • What?! Mais nooooon ! Tu sais pourquoi ? Elle part à la retraite ? La dame était déjà assez âgée alors ça pourrait faire sens.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.