Que vous soyez touriste ou y résidiez, vous vous demandez que faire à Tokyo mais vous en avez assez des incontournables lieux touristiques ?

Vous recherchez des coins authentiques, plus locaux, hors des sentiers battus ?
 
Les lieux d’intérêt à Tokyo, comme Shibuya, le parc Ueno ou encore le temple Senso-ji, ne manquent pas. Mais la capitale a tellement plus à offrir que des attractions tourisitiques évidentes !
Pour découvrir Tokyo autrement, nous avons arpentés les nombreux quartiers et leurs labyrinthes de ruelles (pas tous, hein. Du moins pas encore) dont regorge la mégalopole.
 
Voici donc 5 idées d’activités pour partir à la découverte de ces quartiers et endroits moins arpentés.

Découvrez l’art traditionnel de la teinture sur tissu

Que faire à Tokyo : Nakai

Nakai. Ce petit nom qui ne paye pas de mine sur Google Maps cache en réalité de jolis secrets.

Saviez-vous que, dans les années 50, le quartier de Shinjuku était reconnu dans tout le Japon pour ses nombreux ateliers de teinture de tissu ? Oui, oui, ceux servant à faire les zolis kimono et yukata que nous adorons tous prendre en photo dès que nous voyons un(e) Japonais(e) en porter un (ne mentez pas, votre compte Instagram vous trahit 😉).

Eh bien, figurez-vous que c’est précisément à Nakai que la majorité de ces ateliers se trouvaient ! Les artisans teignaient et lavaient autrefois les tissus dans l’eau claire de la rivière Myoshoji, qui traverse le quartier, puis les étendaient tout au long pour les faire sécher.

De nos jours, quelques ateliers prennent encore des commandes d’un peu partout dans le Japon. Afin de mettre en avant et préserver son artisanat, chaque année, fin février, est organisé le célèbre festival « Some-no Komichi » ! Durant ce matsuri, vous pouvez voir suspendu, le long de la rivière Myoshoji, de nombreux tissus colorés de kimono et obi, dansant au grès du vent. Whaouuuh.

Visitez le mini musée « Some-no-Sato Futaba-en » pour y voir des Japonais en plein travail. Le processus de teinture y est expliqué et le personnel sur place sera ravi de vous donner quelques explications. Il y a aussi une petite boutique remplie de souvenirs japonais 100% Handmade. Parfait pour le cadeau de tata Gilberte qui en a marre des magnets.

Vous apprécierez aussi la balade le long du canal avec ses vieilles maisons traditionnelles, ses petits cafés et izakaya. En parlant de café, prenez-le kawaii et latte chez Susumu, le barista du Macky Cafe. Une folie mignonne.

Hein ? Comment aller à Nakai ? EASY. Partez de Shinjuku, prenez soit la Seibu-Shinjuku, soit la Toei Oedo Line et arrêt à « Nakai Station ». 10 min, smartphone en main.

Explorez le quartier le plus cool de Tokyo !

Que faire à Tokyo : Koenji

Cool, branché, décontracté. Ces 3 mots décrivent bien le quartier de Koenji.

Le nom vous dit quelque chose ? Sûrement parce que le Koenji Awa Odori, l’un des plus célèbres festival de danse de la capitale, y a lieu tous les ans !

Mais Kouenji … « hey attends ils ont fait une faute lààà » … non non, c’est comme ça que les Japonais l’écrivent et qu’ils le prononcent ^^

Reprenons. Kouenji c’est bien plus qu’un simple quartier transformé en piste de danse à la fin août.

Friperies, boutiques vintages, petits cafés, restos bon marché et pubs underground, le tout dans une atmosphère bien retro et accompagnés de Japonais branchés. C’est tout ça à la fois.

Lorsque vous sortez de la station (on vous dit laquelle quelques lignes plus bas), partez explorer les environs ! Vous pouvez par exemple commencer par la shotengai, sortie sud de la gare, sur votre droite et continuer dessous pour vous retrouver au paradis du vintage. Attention, vous allez vouloir tout acheter ! On vous aura prévenu.

Une fois votre shopping fini, revenez de l’autre côté de la gare, sortie nord (sur votre gauche). Partez découvrir Central Road, ses cafés et boutiques de créateurs insolites. Lady Gaga y fait d’ailleurs parfois son shopping 😉

Déambulez aussi dans les petites ruelles dès que vous en avez l’occasion. Vous n’êtes pas à l’abri d’une belle découverte…

Si vous avez faim, dégustez des gyoza délicieux comme vous n’en avez encore jamais mangé, dans l’un des meilleurs restaurants de gyoza à Tokyo (testé et approuvé par de nombreux estomacs sur pattes, dont ceux de Mission Japon et les nôtres).
Que dire de plus… ah oui comment y aller ! Simple. Depuis Shinjuku, prenez la Tokyo Chuo Line direction Takao. Descendez à Koenji Station qui se trouve juste après celle de Nakano Broadway (vous savez, là où vous dévalisez parfois les magasins de vos figurines d’animes préférés). Voilà. Profitez.

Plongez dans le Japon de l’époque EDO

Que faire à Tokyo : Edo Tokyo Museum

Si l’envie vous prend d’avoir un aperçu de cette période « comme si vous y étiez », c’est à Edo Tokyo Open Air Architectural Museum qu’il vous faut aller.

Ce musée, que nous renommerons Musée Edo Tokyo Open Air pour aller juste un poil plus vite, a la particularité d’être… tadaaaa… en plein air ! Et c’est tout. Voilà.

Non, on plaisante bien sûr (« ah les louuurds ! »).

Situé au centre du parc de Koganei, ce musée vous plonge dans l’époque Edo grâce à une formidable reconstitution de bâtiments et maisons d’autrefois. C’est assez impressionnant de pouvoir voir la richesse des différents styles d’architectures d’époque.

Sur place, tout se visite. De la maison familiale au sento du quartier, en passant par des izakaya, boutique de tailleur ou encore des koban, tout est bien reproduit et dans les moindres détails. Très important : n’oubliez surtout pas de vous déchausser lorsque vous entrez dans chaque bâtiment ! Nous vous conseillons donc de faire comme les Japonais. Une paire de basket avec des scratch voire sans rien, genre vous enfilez votre pied et le tour est joué. Vous voyez ?

Plusieurs activités comme une dégustation de thé offerte, des ateliers d’origami ou la fabrication de moulins à vent en papier sont aussi organisés pour que vous repartiez avec de bons souvenirs ^^

Pour vous rendre au Musée Edo Tokyo Open Air, partez de Shinjuku et prenez la JR Chuo Line en direction de Tachikawa. Arrêtez-vous à Musashi-Koganei puis rendez-vous au musée à pied (tout est indiqué, il y en a pour 20 min) ou prenez un Seibu Bus à l’arrêt situé sortie nord de la station, puis arrêt « Koganei-koen Nishi-guchi » (et le musée se trouve à 5 min à pied).

Petite anecdote qui fera plaisir aux fans du genre : Hayao Miyazaki apprécie tellement ce lieu qu’il en a dessiné la mascotte et s’est inspiré de certains édifices du musée dans la réalisation de son chef d’œuvre « Le voyage de Chihiro ». Sauriez-vous les retrouver ?

Respirez le vert dans la seule vallée de Tokyo

Que faire à Tokyo : Vallée Todoroki

« Du calme, du vert et de l’air frais, SVP ». Avouez que c’est parfois ce que vous souhaitez lorsque le tintamarre de la ville et le stress du boulot vous monte au nez.

A Tokyo, une promenade dans la Vallée de Todoroki est un bon remède au problème. Pour cela, direction l’arrondissement de Setagaya ! Prenez la ligne Tokyu-Oimachi et arrêtez-vous à Todoroki Station.

L’entrée la plus connue de la vallée se situe à proximité d’un grand pont rouge, non loin de la gare. Prenez les petits escaliers et commencez la balade (« … la ballaaaade des geeens heureuuux » – Gérard sors de ce corps !) le long de la rivière Yazawa.

Un peu plus loin, vous tombez nez-à-nez avec une petite cascade. Arrêtez-vous un peu. Respirez. Aaah le cui-cui des oiseaux, le bruit de l’eau qui coule, du vert partout. Vous êtes bien.
Presque guéri, vous poursuivez la marche en pénétrant un peu plus à chaque instant la forêt pour y découvrir quelques sanctuaires, statues et lanternes toutes de rouges vêtues…
« Aïe ! Aaah… mais nooon ! Un moustique tigre ! ».

Oups. Aurait-on oublié de vous prévenir ? Comme un peu partout en Asie, ces bestioles sont très présentes dans les espaces verts, surtout l’été. Bien que ceux de la vallée de Todoroki soient moins voraces que ceux rencontrés au Hayashi Fumiko Memorial Hall à Nakai, prenez soin de partir équipés pour vous en protéger 😉

Cette mésaventure passée, vous décidez, bombes en main, baume en sac, de continuer jusqu’au superbe temple Todoroki Fudosen pour vous asseoir sur un banc et profiter du moment. Là. Voilà. Calme et sérénité, vous pouvez repartir du bon pied !

Embarquez à bord du Tchin-Tchin Densha !

Que faire à Tokyo : Arakawa Line

C’est le surnom du wagon qui circule sur la Toden Arakawa Line, seule et dernière ligne de tram publique de Tokyo. Il tient son joli nom du bruit que faisait autrefois son « klaxon ».
Ce tram au look retro serpente entre Waseda et Minowabashi, traversant différents quartiers tranquilles et silencieux. Monter à bord de ce tram folklo vous permet de découvrir une partie du vieux Tokyo, souvent délaissée par le tourisme de masse.

Comment aborder l’expérience ? Pour celles et ceux aux gambettes hyperactives, vous pouvez très bien commencer à pied à partir de la station Waseda et marcher le long des 12 km de ligne jusqu’à la dernière station. Pour les autres, choisissez une station au choix sur la ligne (comme Otsuka ou Sugamo par exemple) et faites de même.

Pourquoi marcher alors qu’il y a un tram ? Déjà parce que marcher c’est bien pour la santé. Mais cela vous permet surtout de voir une autre facette de la vie tokyoïte, plus simple et détendue.
Durant la balade, prenez le temps de vous arrêtez pour prendre en photo le tram qui passe (rassurez-vous, celui-ci est loin de battre des records de vitesse), surtout au printemps et plus précisément en mai/juin, où les roses sont en fleurs tout le long de la ligne.

Astuce Instagram : combinez un tram qui passe avec les roses pour obtenir une belle photo #flowers #tchintchindensha #cesttropbeau 😉

Suivez la ligne jusqu’à l’arrêt « Arakawayuenchi-Mae » puis virez sur votre gauche, en direction du Arakawa Amusement Park. Un parc d’attraction local avec une grande roue (vue sur Asakusa et la SkyTree au beau milieu des bâtiments) et quelques jeux pour petits et grands enfants.

Revenez ensuite sur vos pas pour retrouver la ligne et continuez votre chemin en écoutant votre curiosité (recette hyper efficace pour une bonne exploration).

Une fois au terminus et des photos plein l’appareil, prenez le tram pour faire la ligne en sens inverse ! Le coût d’un trajet est de 160¥ par personne.

Cette partie de Tokyo étant essentiellement habitée par des personnes âgées, il n’est pas rare que les plus curieuses d’entres-elles engagent la conversation, soit dans le tram, soit pendant votre balade. Donc même si vous ne parlez pas un chouïa de Japonais, ne soyez pas timide, les gestes et sourires s’occupent du reste. Et puis, il serait dommage de passer à côté d’un si bel échange vous ne trouvez pas ?

Nous espérons que ces quelques idées de promenades et d’activités vous ont plu et vous permettront de découvrir la capitale sous un autre angle, plus proche du mode de vie et des habitudes des Japonais. 

Tokyo regorge d’endroits insoupçonnés du genre donc la liste ci-dessus est loin d’être exhaustive. Nous en avons pleins d’autres en tête (contactez nous sur Snapchat), on vous en dévoilera d’autres 😉) et peut-être que vous aussi !

Du coup, si vous connaissez d’autres coins hors des sentiers battus, n’hésitez pas à les partager ici avec nous ou sur les réseaux sociaux, soyez certain(e)s que cela en intéressera plus d’un(e) à la recherche de que faire à Tokyo ! 

Vous aimez cet article ? Partagez-le ! ありがとう! Arigatō! (Merci !)

5 COMMENTAIRES

    • Merci ! La vallée de Todoroki, c’est vraiment notre coup de coeur nature à Tokyo, avec plein de petits coins cachés, des temples et des sanctuaires plus ou moins fréquentés. Le seul truc, c’est les moustiques mais un bon coup de spray/crème/pommade et ils vont voir ailleurs !

  1. Super intéressant, que des endroits que je ne connais pas et que je note immédiatement pour mon prochain voyage (pour le premier, on est restés assez classiques) car tout a l’air trop cool! Merci pour ces découvertes 🙂

    • Merci Camille ! Oui au premier voyage, c’est difficile de faire beaucoup d’activités différentes à Tokyo, vu la taille de la ville et la quantité de lieux à voir ! On espère que tu en profiteras pendant ton prochain voyage 🙂

REPONDRE