Le dimanche, fatigués de la veille, nous décidons de faire un petit break pour la journée.

Nous retrouvons donc à la gare Ye CUI, une amie de Luyao. Le guichetier ne parlant pas Anglais, elle nous aide à prendre nos billets de train pour Suzhou. Ceci fait, elle nous emmène au restaurant.

Waipo Jia

Waipo Jia (ou la maison de Grand-mère) est un restaurant à la cuisine typiquement shanghaienne. Il faut y venir très tôt pour avoir une table car il n’y a pas de réservation et beaucoup de monde vient y manger.
Tout est bon et nous goûtons à beaucoup de plats dont le Hongshao rou, du porc et du poisson cuits dans une sauce. Nous buvons aussi du jus de prune légèrement fermenté typique de la région.

Hongshao rou

Pudong

Nous allons ensuite à Pudong, le quartier des affaires de Shanghai. Ce quartier est célèbre pour sa tour dédiée à la télévision. Nous ne réussirons pas à y monter car la vente de ticket est terminée. Nous irons donc nous promener sur les quais pour profiter de la vue sur le Bund illuminé. Le Bund est l’ancien quartier des affaires, à présent transformé en quartier administratif. La vue est jolie, nous apprécions le calme relatif et prenons quelques instants pour écouter un violoniste distraire les promeneurs.

Le Bund

Direction la rive opposée, la vue depuis le Bund sur Pudong est plutôt différente. Les immeubles du second étant plus récent, certains font défiler des messages comme « I love Shanghai » en Anglais et en Chinois. Il y a énormément de panneaux publicitaires et les immeubles illuminés nous montrent vraiment le dynamisme de cette ville.

En suivant les quais, nous voyons un monument aux morts entouré d’un mur représentant différents métiers gravés dessus.
Plus loin, Ye nous montre un pont métallique célèbre pour des scènes de film tournées dessus.

Quelques détails : Le Bund, appelé waitan – 外灘 – par les Chinois signifiant « la berge des étrangers », est à l’origine des rives boueuses. Au XIXe siècle, les guerres de l’opium et l’ouverture du port aux Occidentaux donnent naissance au Bund, endroit où arrivaient en bateau les étrangers. Le boulevard de la ville de Shanghai en Chine, est jalonné de somptueux édifices de style européen et de banques ou de compagnies coloniales des années 1930. Pour plus de détail, c’est par ici.

Ce sera tout pour cette journée de repos bien méritée ! Le lendemain, nous allons au Yu Yuan garden.

Yu Yuan garden

Pour y accéder, nous devons passer par le vieux Shanghai et il y a toujours autant de monde! L’entrée est à 40元 par personne. 

Construit en 1559, pendant le règne de l’Empereur Jiajing (dynastie Ming), pour l’utilisation privée du commissionnaire de la province du Sichuan, le jardin a l’architecture classique des jardins chinois. Grand de plus de 2 hectares, le jardin est connu pour ses merveilles architecturales telles que la grande rocaille (faite de pierre de Huangshi, 12mètres de haut, présentant des pics, des falaises, des grottes tortueuses et des gorges), Heralding Spring Hall (Dianchun), le Jardin Intérieur (comprenant rocailles, étang, pavillons et tours), Jade Magnificence Hall (Yuhua, composé de morceaux de Palissandre provenant de la Dynastie Ming), la Piscine Lotus (avec un pont en zigzag et un pavillon central) et une « tour d’une centaine de milliers de fleurs » (Wanhua). Plus d’information ici et .

Nous croisons deux peintres qui reproduisent une statue de lion gardien (appelé « Shi », prononcer she), chacun a son style.

Instant culture : Les statues des lions gardiens se situent traditionnellement devant les palais impériaux chinois, les tombes impériales, les bâtiments administratifs, les temples, les résidences des officiels et des classes aisées depuis la dynastie Han (206 av. J.-C. – 220 ap. J.-C.). On croyait qu’ils étaient dotés de pouvoirs protecteurs. Ils apparaissent aussi dans d’autres contextes artistiques, par exemple sur des heurtoirs et en poterie. Les paires de statues de lions gardiens sont encore aujourd’hui des éléments décoratifs et symboliques courants à l’entrée de restaurants, hôtels, supermarchés etc. Les lions sont habituellement représentés par couple, le mâle reposant sa patte sur une boule décorée (qui, dans un contexte impérial, représente la suprématie sur le monde) et d’une femelle retenant un petit, enjoué, situé sur son dos (représentant l’éducation).

La visite dure environ 2h si l’on prend son temps. Le jardin est très boisé et est agencé en différentes cours, avec ou sans pavillon, délimitées par des mur et des portes de différentes formes : rondes, ovales ou en forme de vase. Certains pavillons vendent de la jade ou des calligraphies. Les vendeurs n’hésitent pas à vous accoster pour vous proposer d’essayer un bracelet, vous demandant parfois même le prix qu’on souhaiterait !

Il y a beaucoup d’étrangers, dont des Français pas discrets et se comportant parfois comme des conquérants… Il est difficile de trouver un endroit calme où se poser quelques instants. Malgré tout, le jardin devait être très calme au temps des empereurs ou sans les touristes d’aujourd’hui.

A la sortie, nous traversons une rue beaucoup moins touristique mais très marchande. On est très loin du style moderne des quartiers d’affaire. Nous allons ensuite au marché aux tissus où l’on peut faire faire ses vêtements sur mesure. Nous n’y resterons pas car nous nous sentons observés par les vendeurs à l’affut, nous interpellant avec des « Hello ! Nice suit, nice dresses ! Have a look ! ».

Ruelle moins touristique
Ruelle moins touristique

Nanjing Road East

Cette fois, nous prenons le temps de marcher, d’entrer dans un centre commercial et dans le Forever 21 où Emilie trouve un pull Mickey et une petite robe mais abandonne l’idée d’un pantalon slim ou droit, il n’y a que des skinny taille 36 correspondant en réalité à un 34 européen… (grand moment de solitude dans la cabine d’essayage -_-). Nous fuyons les boutiques très bruyantes où les vendeurs vous annoncent les nouvelles collections et les opérations commerciales dans des micros, le tout avec une musique assourdissante.

Petit détail : la morphologie des Chinoises est vraiment différente de celle des Européenne. Elles ont moins de hanche et des fesses moins rebondies, ce qui leur donne un avantage pour porter des vêtements plutôt courts (ici ce n’est pas choquant).

Nous remontons ensuite la rue et tombons par hasard sur une parade de chars publicitaires. Il y en a de toutes les formes et de toutes les couleurs !

Nous allons ensuite au Shanghai First Foodhall, un grand magasin uniquement consacré aux produits « gastronomiques » nationaux et d’importation dont du vin Français. Par curiosité, nous achetons deux petits gâteaux même si nous ne savons pas à quoi ils sont (fruits rouges et haricot rouge en fait).

Affamés par cette après-midi de marche, nous allons manger des jaozi (raviolis chinois), une valeur sûre quand on ne sait pas trop quoi manger en Chine et vraiment pas cher du tout !

Vous aimez cet article ? Partagez-le ! 谢谢! Xièxie! (Merci !)

REPONDRE