Après plusieurs mois passés à Tokyo, nous ressentions l’appel de la nature et de l’évasion. Ruri et Kazuma, nos compères de voyage ayant autant la bougeotte que nous, nous ont proposé un roadtrip d’une journée à Shizuoka. Une bouffée de vert que nous n’avons pas refusé, bien déterminés à découvrir encore plus le Japon !
C’est ainsi que nous avons découvert la vallée de Sumata-kyô et le Yume no Tsuribashi, qu’aucune image ne rend justice. Une journée qui nous a bien ressourcés !

Le chemin de fer d’Oigawa à Shizuoka : train à vapeur avec Thomas et ses amis

Shizuoka train Thomas
Le train Thomas

 

Premier arrêt du roadtrip, Kanayaazuma et sa ligne de train très spéciale.
Les voyages en trains et nous, c’est une belle histoire d’amour, surtout depuis notre voyage à Taïwan en novembre 2015. Quelle belle surprise quand Ruri et Kazuma nous ont amené à Kanayaazuma ! Nous pensions que c’était juste une pause après 4h de longue route en voiture (pas vraiment pour Em’ qui a dormi quasiment tout le long du trajet et qui n’a même pas reconnu le Mont Fuji 😓).
C’était en fait le terminus du chemin de fer local de la préfecture de Shizuoka, une ligne de train à vapeur encore en fonction !

À la gare, attardez-vous pour voir de vieux wagons exposés. Dehors, partez sur la droite et suivez les rails. Vous y verrez des trains à vapeur datant des années 30. En été, les trains à vapeur à l’effigie locomotive Thomas (un dessin animé pour enfants) sont de sortie pour la plus grande joie des petits (et la nôtre aussi, il faut le dire, ces trains ont une bonne bouille et ça change de nos Intercités …)

Et devinez quoi ? Vous pouvez prendre un de ces trains depuis la gare de Shin-Kanaya jusqu’à Senzu ! C’est clairement une balade qui nous aurait beaucoup plu : prendre ce train à vapeur (le normal, pas forcément le Thomas 😉 ) et voir défiler rizières et plantations de thé.
D’après le site web de la ligne de train, les agents et conducteurs des locomotives divertissent les passagers avec de la musique et expliquent l’histoire de la ligne (sûrement en Japonais).

Prévoyez de réserver à l’avance en envoyant une demande de réservation en ligne. Celle-ci commence 125 jours à l’avance jusqu’à l’avant veille. Oui, les Japonais ayant peu de vacances et les lieux sympas, kids/lovers friendly étant pris d’assaut, ils réservent looongtemps à l’avance !

Attention, vérifiez bien que le train s’arrête à la station que vous souhaitez.
L’adresse de la gare de Kanaya pour mettre une petite étoile sur votre Google Maps : 2-1112-2, Kanayaazuma, Shimada-shi, Shizuoka

Yume no Tsuribashi, le pont suspendu des rêves

Shizuoka pont suspendu des rêves
Bleu turquoise et vert émeraude 💙💚

Certains lieux sont de véritables bijoux de la nature. Et quand on les découvre enfin, c’est comme un film de science-fiction, ça ressemble à la porte des étoiles et ça vous transporte au 7è ciel.
L’attraction principale à Sumata-kiô valley, c’est le Yume no Tsuribashi, le pont suspendu des rêves. Haut de 8m et long de 90m, vous marchez ainsi au-dessus du point de rencontre entre la rivière Ôma-gawa (contenue par le barrage) et de la rivière Sumata-gawa, symbole de la ville de Sumata-kyô.

La beauté du lieu ne s’arrête pas à son eau bleue turquoise, mais aussi aux paysages variés qui vous entourent et qui changent au gré des saisons : au printemps, lors du renouveau des feuilles, en été lorsque toute la végétation est épanouie, en automne avec les koyo, ces belles feuilles d’érable aux tintes rouges et en hiver avec les arbres habillés du plus simple appareil.

Prenez garde, seules 10 personnes à la fois peuvent traverser le pont et il faut parfois faire la file pour passer, sans compter les selfies sticks encombrant.
Ce pont est très apprécié surtout par les amoureux japonais et principalement par les jeunes femmes dont le vœu d’amour sera réalisé si elle prie au milieu du pont.

Amateurs de Pokemon-go (il y en a encore qui jouent à ce jeu ?), profitez-en pour attraper ces monstres virtuels comme notre ami Kazuma qui s’arrêtait de temps en temps avec des « Eeeh, chotto matte ! » en fixant son écran et le vide devant lui (ça sonne bizarre comme ça, seuls les vrais fan comprennent ^^’) et qui nous annonçait très content : « Il y a beaucoup de Pokemon rares ici ».

Après la traversée du pont suspendu, vous montez une grande volée de marches, environ 300, on a perdu le compte à la fin 😄 Ouvrez les yeux, vous verrez peut-être quelques animaux sauvages : kamoshika (un caprin asiatique), écureuils, cochon sauvage, chenilles colorées. Écoutez bien, vous entendrez aussi des cigales au chant agréable et différent de celles de Tokyo (celles qu’on entendait faisaient un bruit de scie électrique à vous rendre fou, la première fois on a cru qu’un voisin faisait des travaux à 7h du mat’…).

shizuoka-chenille
Ceci n’est pas un Chenipotte

 

Les Japonais ne perdent pas le sens de l’humour et certains panneaux du circuit vous encouragent à continuer la montée avec des « vous y êtes presque » ^^

Suivez la route puis traversez un pont (un bien en dur cette fois) et arrêtez-vous au point de vue sur le pont suspendu avant de revenir tranquillement vers le village.

Shizuoka Yume no tsuribashi paysage
Le pont suspendu au creux d’une vallée


C’est un circuit assez court, environ 90 minutes mais il y a aussi des points de départ en randonnée allant jusqu’au mont Maekuroboshigatake (前黒法師岳), le point culminant à 1943m de haut (le pont se situe à 700m d’altitude).

Site web pour les japonisants : http://www.okuooi.gr.jp/wordpress/

Le village de Sumata-kyô, un petit bijou à Shizuoka

Sumata-kyô, c’est un petit village de villégiature, perdu dans la montagne dans la préfecture de Shizuoka. Ici pas de train, pour s’y rendre, il vous faut soit une voiture, soit prendre un bus depuis la gare de Okuizumi jusqu’à l’arrêt Sumata-kyô-onsen.
C’est un village vraiment sympathique, un peu touristique car les Japonais aiment y aller pendant une journée ou un week-end, mais pas bondé non plus.
Restaurants mijotant des produits locaux, ryokan avec onsen, café cosy, paysages montagneux superbes, parfait pour se détendre et apercevoir quelque peu, la vie japonaise à la montagne.

Des restaurants aux plats montagnards

Shizuoka Soba

Il n’y a pas beaucoup de restaurant au village de Sumata-kyô mais il faut le dire, on y mange bien. Cuisine locale oblige, ici pas question de tartiflette ou fondue savoyarde, vous y mangez principalement des tempura de légumes, des soba froids (bienvenus en été) ou encore des sansai soba, une soupe de nouilles avec des légumes de montagne, simple et efficace, Émilie a adoré.
Et puisqu’en été au Japon, on ne rechigne pas sur la moindre portion de fraicheur, laissez-vous tenter par une glace au matcha, à l’ombre d’un restaurant ou d’un café.

Hammock Café, un repos balancé

Shizuoka Hammock Cafe
ça balance au Hammock café

Quand Ruri nous a montré ce café sur internet, aucune négociation, il fallait qu’on y aille ! Pas besoin d’avoir un niveau d’Anglais de compèt’ pour comprendre la particularité du Hammock café : les hamacs ! Et ouiiii !! Ici vous sirotez votre boisson avec une part de gâteau, posés dans des hamacs ! C’est le top ! Détente maximum après 1h30 de marche.
Ce qui est aussi cool, c’est que vous pouvez acheter le vôtre à la dimension et la couleur que vous souhaitez, avec les accessoires d’attache dont vous avez besoin. Vos sessions cocooning ne seront plus les même !

Le café a aussi un restaurant et une boutique qui vend des produits artisanaux et des senbei (ces biscuits salés trop bons) fait maison.
Le conseil de La vie du riz : puisque que nous nous menions une guerre sans merci contre les moustiques tigres suceurs de sang, nous y avons acheté un « repousse » moustiques naturel appelé « bazz-off » (en Anglais correct Buzz-off, c’est-à-dire « Foutez-le camp » ou « Cassez-vous ». Prometteur) avec des ingrédients naturels (huile de menthe poivrée, de lavande, d’arbre à thé, de fleur d’eucharis et de citronelle) et un baume apaisant (huile essentiel d’arbre à thé, de menthe poivrée, de lavande, huile de jojoba, cire d’abeille). Le baume fonctionne du tonnerre, autant vous dire qu’on l’a utilisé avec amour et modération pour en garder le plus longtemps possible !
Par contre le « repousse » moustique, n’est pas aussi efficace qu’un repousse maxi de Pokemon ou alors nous avions un sang très (trop 😑) appétissant.

Pour en savoir plus sur le café (site web en Japonais)
Adresse : 316-1 Senzu, Kawanehon-chō, Haibara-gun, Shizuoka-ken 428-0411, Japon

Les onsen à Sumatakyo : détente dans une source chaude

Bains de sources chaudes dont la réputation n’est plus à faire, c’est la session détente obligatoire après une randonnée, voire une pause pendant son roadtrip.

Il y a beaucoup de ryokan et d’onsen dans les environs du Mont Fuji, et la vallée de Somata-kyô n’est pas en reste avec ses quelques auberges et sources chaudes japonaises !
Comme une journée c’est plutôt court pour profiter des environs, nous vous conseillons de rester au moins une nuit.

Bon, on vous l’avoue, on n’a pas eu le temps d’en profiter car Ruri et Kazuma devaient travailler le lendemain et nous avions 4h de voiture pour revenir jusqu’à Tokyo. Nous nous sommes quand même vengés plus tard avec un bon bain dans un des sento de Tokyo.

On vous recommande vraiment ce petit coin de paradis pendant votre séjour dans cette région proche du Mont Fuji. Faites une pause de 2 jours au calme, en pleine nature, avant de reprendre vos découvertes.
Notre excursion à Sumata-kyo dans la préfecture de Shizuoka était bien trop courte mais quand même, c’était une superbe journée qui s’est terminée par un feu d’artifice vu depuis l’appartement de deux British vivant au Japon (ils avaient même une vue sur le Mont Fuji 😱). La fin parfaite !
Et vous ? Quelle est votre porte des étoiles ?

Vous aimez cet article ? Partagez-le ! ありがとう! Arigatō! (Merci !)

REPONDRE